Auteur : Stéphane Vautier

Le mot et la chose (W. Quine)

Peut-on faire de l’épistémologie de la psychologie de son mieux tout en ignorant cet ouvrage ? Je crois que non donc prenons le temps de cheminer dans le texte de Quine (1960/1977). Préface § 1. Argument. Prémisse : pour acquérir le langage, nous dépendons entièrement (c’est radical) d’indices accessibles intersubjectivement…

46a. Quelques notions mathématiques utiles en psychologie

Ce billet signale quelques notions (objets) mathématiques qui me semblent utiles (pour ne pas dire indispensables) si on veut aborder efficacement les problèmes tant théoriques que méthodologiques en psychologie dès la première année. L’objet le plus important est la relation binaire, qui est fabriquée avec les objets ensemble et élément.…

45a. Pénétrer le statisticisme

Ce billet résulte de la difficulté, pour de nombreux étudiants de psychologie, de comprendre ce que sont les phénomènes statistiques rapportés par de nombreuses études empiriques en psychologie. Des étudiants ont sélectionné Geiselman et Glenny (1977) qui, si je me fie à eux1, ont testé 30 personnes à qui ils…

43a. Repérer les propositions contradictoires et les résoudre

La littérature psychologique et philosophique contient de nombreuses propositions contradictoires (ou paradoxales dit-on encore). En vertu du « qui ne dit mot consent », les « laisser passer » revient à en accepter la validité tout en bafouant le principe de non-contradiction1. Un tel régime dérogatoire détruit « dans l’œuf » la validité logique du discours…

41a. Falsifiabilité et testabilité d’une description générale

On s’intéresse ici à la validité des propositions non-tautologiques qui attribuent au moins une propriété ou un état à au moins une entité — les propositions descriptives. Puisqu’elles ne sont pas tautologiques, elles sont falsifiables : la possibilité existe qu’elles soient fausses — faillibilisme : on peut toujours se tromper…

40a. Une lecture commentée de Stevens (1946)

S. S. Stevens publie en 1946 son célèbre article On the theory of scales of measurement, qui présente une catégorisation d’échelles numériques dites « de mesure » en quatre catégories, « nominale », « ordinale », « d’intervalle » et « de ratio », avec leurs corollaires concernant la légitimité des opérations mathématiques qu’on peut appliquer aux « données », séries ou…

39a. Un exemple d’argument critique à propos de la cognition comme représentation

J’essaie dans ce billet d’expliciter l’idée qu’un argument critique est une proposition qui porte sur la validité d’une autre proposition, à partir d’un exemple. Dans un article intitulé « Maze’s direct realism and the character of cognition », Michell (1988) reprend de Maze (1983), qui lui-même s’appuie sur Gibson (1979) et Heil…

Rudiments de logique : non, et, ou, implique

Raisonner logiquement suppose de respecter les règles de la logique. Ce billet présente les règles logiques de la négation, de la conjonction (et), de la disjonction (ou) et de l’implication avec des diagrammes et des tables de vérité. Une proposition quelconque sera notée par une lettre majuscule. Soit A une…

L’histoire d’un type qui cherchait un vieil article sur internet

Un mathématicien et un psychologue discutent à bâtons rompus d’épistémologie des math et de la psycho. Un peu plus tard, le psychologue reçoit un courriel du mathématicien : Glané par hasard sur Jstor : « Pour certains, la psychologie est une science naturelle qui tend à formuler des lois de causalité.…

37a. Quand ‘l’influence’ d’une variable ‘indépendante’ implique H0

Beaucoup de gens croient avoir confirmé leur hypothèse ‘théorique’ en ayant rejeté H0. Cette croyance repose sur l’argument suivant : si telle ‘variable’ influence telle autre ‘variable’, alors l’hypothèse (statistique) nulle (H0) est fausse. Par conséquent, si on ne peut pas rejeter H0 (le test n’est pas ‘significatif’), il est…