Compte rendu de la première journée d’études BIBLHIS

Le 6 mars 2020 s’est tenue à la Bibliothèque de l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines (Guyancourt) la première journée d’études du groupe BIBLHIS. Comme l’indiquait son titre, « Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens, un nouvel objet d’études ? », il s’agissait d’entamer une réflexion sur ce thème encore peu systématiquement exploré, pour tenter de cerner l’intérêt qu’il pourrait représenter et les enjeux épistémologiques et méthodologiques d’un tel champ de recherches. La journée a permis à des archivistes, des bibliothécaires, des historiennes et des historiens d’échanger sur ce sujet et de confronter leurs  expériences personnelles comme leurs recherches, en cours ou abouties.

Dans l’introduction des débats, les trois co-organisateurs de la journée (Jonathan Barbier, Jean-Charles Geslot, Agnès Sandras) ont rappelé le retard pris par les historiennes et historiens quant à l’étude de leurs bibliothèques, alors que cette problématique a été largement défrichée, depuis une vingtaine d’années au moins, pour les artistes et les écrivains. S’inscrivant à la rencontre de l’histoire des bibliothèques, de l’histoire de la génétique des sciences et des renouvellements récents de l’historiographie, le groupe de travail BIBLHIS, créé en 2019 et lancé à l’occasion du festival d’histoire de Blois, souhaite donc promouvoir ce nouveau champ d’études, dans un dialogue constant avec les bibliothécaires et les spécialistes d’autres disciplines, notamment l’anthropologie des pratiques culturelles et des milieux savants et intellectuels. En complément de cette introduction, Yann Potin a fait part de ses réflexions sur un sujet qu’il a déjà eu l’occasion d’explorer à plusieurs reprises, en rappelant quelques enjeux majeurs.

La matinée était consacrée à des études de cas sur des bibliothèques d’historiens de statuts variés : à côté de la figure bien connue de Marc Bloch, dont le rapport aux livres et à ses livres a été présenté par François-Olivier Touati, le public a pu ainsi découvrir, grâce à Emmanuelle Haim, la bibliothèque d’un historien peu connu aujourd’hui en dépit de la notoriété qui était la sienne à son époque, Gabriel Hanotaux (1853-1944), et, grâce à Cédric Audibert, celle d’une figure d’historien « local », en l’occurrence vauclusien, Alain Maureau (décédé en 2018). Ces trois communications ont permis d’exposer les modalités de constitutions des bibliothèques, de montrer comment on pouvait tenter d’en reconstituer le contenu et l’utilisation, et de poser déjà des questions sur la transmission et la postérité de ces collections.

Gabriel Hanotaux dans son cabinet de travail, photo Agence Meurisse, 1921 (c) BnF-Gallica

Ce dernier sujet a surtout fait l’objet des deux communications et de la table ronde de l’après-midi, en abordant la question de ces bibliothèques du côté des institutions chargées de les accueillir et de les conserver. Matthieu de Oliveira a ainsi pu nous présenter les fonds historiques de la bibliothèque de l’IRHIS, particulièrement ceux de Pierre (1927-2002) et Solange Deyon (1927-2015), d’Emmanuel Chadeau (1956-2000) et d’Alain Derville (1924-2002). Élise Meyer et Nelly Sciardis ont, elles, expliqué comment la bibliothèque universitaire de l’Université Polytechnique Hauts-de-France à Valenciennes avait pu accueillir les bibliothèques des médiévistes Robert Fossier (1927-2012) et Robert Delort (1932-), et la journée s’est terminée sur une table ronde autour des fonds de deux spécialistes de l’histoire de l’opéra, Nicole Wild (1929-2017) et Jean-Louis Tamvaco (1931-2015), deux fonds conservés par la Bibliothèque de l’UVSQ. Ce dernier échange a permis de croiser les regards de Dorothée Hennes-Cordel, bibliothécaire en charge du catalogage de ces deux fonds, et de Stella Rollet, chercheuse habituée à en exploiter les ressources.

Les enseignements de ces échanges sont nombreux. Un premier ensemble concerne les modalités de constitution de ces bibliothèques, dont François-Olivier Touati a rappelé qu’elles sont le résultat d’« une forme de capitalisation ». On a pu voir la part respective prise par les héritages familiaux, la pratique du collectionnisme bibliophilique, les achats en librairie et chez les bouquinistes (ainsi pour Gabriel Hanotaux), mais aussi le rôle joué par les envois d’ouvrages, soit en raison de relations personnelles ou professionnelles (dédicaces), soit dans l’espoir d’obtenir la rédaction d’un compte rendu (ce dernier élément étant particulièrement important pour la bibliothèque de Marc Bloch). Reconstituer la chronologie d’édification de ces collections de livres est une gageure en l’absence, le plus souvent, de sources (on a néanmoins parfois des éléments sur les lieux d’achat, comme pour Alain Maureau, ou des témoignages, comme celui de Gabriel Hanotaux). Mais elle peut permettre de retrouver certaines phases, notamment lorsque plusieurs bibliothèques successives ont été constituées (comme dans le cas, là encore, de Gabriel Hanotaux). Il faut aussi prendre en compte le fait que la bibliothèque de l’historien ou de l’historienne n’est pas forcément uniquement la sienne : on est parfois en présence d’une bibliothèque « conjugale » (celle des époux Fossier, p.ex., réunie aujourd’hui à Valenciennes), ou même d’une bibliothèque « familiale » (celle de Robert Delort contient aussi des livres d’enfants…).

Ces bibliothèques, une fois constituées, sont vivantes. Elles ne sont pas figées pour toujours, du moins pas totalement. Deux photographies de Gabriel Hanotaux montrent que certaines belles reliures n’ont pas changé de place en vingt ans… Et pourtant cette bibliothèque a fait l’objet de renouvellements importants, vendue en grande partie à partir de 1927, renouvelée par de nouvelles acquisitions, etc. Nouveaux achats et reventes, mises au rebut (comme une vieille collection de la « Nouvelle histoire de la France contemporaine » retrouvée dans la cave d’Alain Maureau), réorganisations, prêts à des proches… A ces mouvements ponctuels s’ajoutent parfois des transferts plus massifs : une partie de la bibliothèque de Gabriel Hanotaux disparaît pendant la Grande Guerre, celle de Marc Bloch est réquisitionnée par les Allemands lors de l’occupation de son appartement parisien, et ne sera récupérée par ses héritiers qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale). Cette vie de la bibliothèque se poursuit même après que son propriétaire est décédé ou s’en est séparé de son vivant (comme c’est le cas de Robert Delort) : déménagée, éventuellement désherbée et réorganisée, dispersée parfois dans les différents espaces thématiques de la bibliothèque d’accueil, elle fait aussi l’objet d’emprunts et, encore, de lectures : la bibliothèque continue à vivre même après la mort de celui qui l’avait amassée. Cette étude du reste ouvre des perspectives internationales : Yann Potin a ainsi rappelé que la bibliothèque d’Alphonse Aulard avait échoué à Harvard en 1931, et Dorothée Hennes-Cordel a expliqué comme un chercheur indien avait pu venir consulter les fonds spécialisés Wild et Tamvaco.

Portrait d’Alphonse Aulard, s.d. (c) BnF-Gallica

Les enjeux liés à ce transfert dans des institutions de conservation et/ou de lecture publique ont constitué un axe fort de la journée. On a pu voir d’abord les différentes modalités pratiques de ces transferts – lorsque les bibliothèques ne sont pas dispersées en vente publique comme ce fut le cas de celle de Gabriel Hanotaux à la fin des années 1920. Si les héritiers de Marc Bloch ou ceux d’Alain Maureau font le choix de vendre la bibliothèque de leur ascendant, les transmissions peuvent aussi être gratuites, et assorties de conditions drastiques (comme celles voulues par la veuve de Robert Fossier), ou bien sans aucune condition (comme ce fut le cas pour celle de Robert Delort). La transmission peut aussi parfois (souvent ?) poser problème, lorsque le propriétaire de la bibliothèque ne souhaitait pas qu’elle soit déposée en tel ou tel endroit (Alain Maureau craignait les vols…), ou lorsque l’institution visée ou accueillante n’est pas prête (dans tous les sens du terme) : les interventions de l’après-midi ont montré les difficultés en termes de place, de personnel, de moyens (ne serait-ce que pour déménager les livres depuis le domicile de l’historien vers la bibliothèque : 162 caisses pour le fonds Delort, plus de 1500 volumes pour le fonds Tamvaco, près de 3000 pour le fonds Wild, un millier de titres pour le fonds Chadeau, 1500 pour le fonds Deyon, près de 2200 pour le fonds Derville), mais aussi parfois le manque d’expérience (à l’UVSQ comme à Valenciennes, il n’y a pas de tradition d’accueil de bibliothèques patrimoniales). Cela conduit parfois à des erreurs, voire à des refus. Aussi, lorsque la bibliothèque est acceptée, de nombreuses questions se posent : celle du désherbage, celle du devenir des archives glissées dans les livres et des tirés-à-part, celle aussi du maintien des collections dans leur intégrité : elle fut conservée pour les fonds Fossier, Wild, Tamvaco, mais ce n’est pas toujours le cas. Des conventions spécifiques permettent aux institutions de se parer contre les demandes parfois jugées excessives de celles et ceux qui donnent ces bibliothèques. Car la vision des donateurs ne concorde pas toujours avec celles des bibliothécaires, notamment quant à la valeur de certains ouvrages (précieux car chargés d’émotion pour les premiers, mais simples doublons sans intérêt pour les seconds…).

Un dernier axe fort a constitué dans la question d’une archéologie des bibliothèques, une fois que celles-ci passent entre les mains des chercheurs. Comment les reconstituer pour pouvoir les étudier ? Plusieurs intervenants, Yann Potin notamment, ont plaidé pour une sorte d’archéologie préventive, dont certaines règles devraient être fixées, et notamment de photographier systématiquement les bibliothèques in situ et en l’état avant leur déménagement, à l’instar d’un chantier de fouille ou… d’une scène de crime. De telles photographies existent, mais elles sont souvent rares, ou bien trompeuses, car les bibliothèques sont mises en scène pour le cliché. Ces clichés peuvent permettent d’établir une topographie des bibliothèques et de mieux comprendre leurs logiques d’organisation : ainsi Alain Maureau possédait-il non loin de son bureau, à portée de main, les monographies locales sur le Vaucluse qui étaient au cœur de ses préoccupations de chercheur. Elles permettent ainsi de reconstituer le « paysage de travail » des historiennes et des historiens. Les catalogues sont une source précieuse, pas toujours disponible cependant, et parfois frustrante, car incomplète, ne montrant l’état de la bibliothèque qu’à un instant donné (ainsi pour ceux de Gabriel Hanotaux), en empêchant toute approche dynamique, diachronique – sans parler des catalogues de vente, souvent anonymes, et où les collections sont parfois mélangées à d’autres vendues en même temps (comme ce fut le cas pour Alain Maureau). Ils sont parfois facilités par l’existence d’outils constitués par et/ou pour les propriétaires, comme en témoigne le fichier à tiroirs de 36 000 fiches bristol qui accompagne le fonds Fossier. Reconstituer les bibliothèques lorsqu’elles ont été dispersées est une piste ambitieuse ; les ex-libris (comme ceux de Gabriel Hanotaux et de Marc Bloch) et les dédicaces (on en a 240 dans la bibliothèque reconstituée de ce dernier) permettent de retrouver la trace de certains ouvrages. Mais elles doivent permettre , par l’étude des marginalia, et des papiers et documents glissés entre les pages (notes de lecture notamment), de reconstituer les manières de travailler des historiens, en complément de l’étude de leurs emprunts dans les bibliothèques (on peut ainsi étudier les emprunts faits par Marc Bloch à l’ENS), des références bibliographiques utilisées dans les ouvrages et, bien sûr de leurs archives. La question de la limite entre ces dernières et les bibliothèques a d’ailleurs été posée à plusieurs reprises durant la journée. Tout comme celle de la bibliothèque «  de plaisir  » à côté de celle «  de travail  » , la première n’étant pas, loin de là, moins intéressante que la seconde…

De nombreuses pistes on le voit ont été abordées. Certaines sont déjà connues ; d’autres ont été laissées de côté. Mais ces échanges féconds ont permis de montrer qu’il y avait là un champ d’investigation original et prometteur. Cette première journée d’études appellera donc d’autres moments de réflexion qui permettront d’explorer d’autres exemples, d’aborder d’autres cas, de confronter d’autres expériences, et ainsi d’approfondir notre connaissance de ces bibliothèques, pour mieux voir leur contribution à « l’atelier de l’historien ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search