Auteur : Thomas Byhet-Bonvoisin

Bons pour le service

La carte postale présentée ici a été écrite le 12 janvier 1917, à Étaples, par Paul Marié (fig. 1). Elle est adressée à sa tante, Mme Delianne, qui réside 260 rue de l’Impératrice, à Berck (Pas-de-Calais). Paul lui écrit afin de l’informer que lui et deux de ses amis sont “bons…

Lassitude de la guerre

Avec cette première publication, nous inaugurons une série consacrée aux cartes postales écrites à Étaples durant le premier confit mondial. Ayant passé la censure ou ayant échappé à celle-ci, un grand nombre de ces cartes postales nous livrent des informations primordiales sur le quotidien et le ressenti de la population…

Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915

Membre de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais et résident à Arras, Godefroy Cappe de Baillon (1842-1922) fuit, au milieu de la Première Guerre mondiale, les violents combats de l’Artois et trouve l’exil à Étaples en 1915. Installé dans cette ville, il se plonge dans la rédaction de deux…

Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat

Le fonds Louis Géneau1, conservé à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, contient, aux cotes G70-71, un recueil d’Aveux et dénombrements, rapports et déclarations de fiefs et biens-fonds sis en Boulonnais, datés des XVIIe et XVIIIe siècles : dans ce recueil, un dossier regroupe plusieurs déclarations de rentes foncières et seigneuriales…

Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860

Cette photographie1 (fig. 1), issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30), fait partie d’une série ayant pour arrière-plan un bâtiment commun : l’ancien hôtel de ville d’Étaples, construit en 1730 et détruit en 18892. Fig. 1. Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples, entre 1856 et 1867, vue…

Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat

Au XVIIIe siècle, l’actuelle rue de Rosamel n’avait pas encore été baptisée de ce nom, qu’elle a reçu en 18661, mais était désignée par plusieurs périphrases locatives2. Ainsi la nommait-on, ordinairement, “grande rue” – plus rarement “grand chemin” – “qui mène d’Étaples à Camiers“. En effet, cette rue (fig. 1, n° 1), d’une…

2019-02-12 21:48:52

Un accident de manège à la ducasse d’Étaples en 1897 Le mois d’octobre 1897 promet d’être festif à Étaples. À la fin de ce mois doivent être inaugurés le nouveau quai et le boulevard qui le dessert1. Le maire de la commune, Louis Bigot-Descelers2, se réjouit de la présence annoncée…