Auteur : Guillaume Jacques

Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal

Dans la revue Cahiers de linguistique — Asie Orientale que je co-dirige avec Thomas Pellard (et dont les anciens numéros sont accessibles ici) vient de paraître un article riche et bien documenté de Selin Grollmann and Pascal Gerber, Linguistic evidence for a closer relationship between Lhokpu and Dhimal Including some…

A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque

Dans un certain nombre de textes de l’époque des Royaumes combattants, en particulier excavés dans des sites provenant de l’ancien royaume de Chu, le caractère 好, qui sert à écrire l’adjectif xawX « bon » et le verbe tropatif dérivé xawH « aimer », est écrit comme 丑+子, comme on peut le voir ici…

Uvulaires et vélaires en chinois archaïque

La reconstruction de Baxter-Sagart adopte en la modifiant l’hypothèse de Pan Wuyun de séries uvulaires. La théorie des uvulaires dans l’ouvrage de 2014 est légèrement différente de celle présentée dans cet article accessible en ligne. Le tableau suivant (Baxter et Sagart 2014:46) récapitule les correspondances entre uvulaires simples du chinois…

La tabouisation en cantonais

Le cantonais est remarquable par la quantité de mots tabouisés qu’on y trouve. L’aversion pour les mots à sens négatif (ou homophones avec des termes pouvant avoir une interprétation non auspicieuse) a conduit les locuteurs à changer sciemment certains éléments de mots composés par des antonymes ou des termes alternatifs.…

Le nom de la crinière en Hmong de Yejipo

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais mentionné le nom de la « crinière » pjoŋ A en hmong de 复员 Fuyuan / 野鸡坡 Yejipo (罗泊河 Luopohe) qui diffère de toutes les autres langues hmongiques, où l’on trouve un mot à initiale ts- emprunté au chinois 鬃 tsuwŋ de même sens. Tous…

La productivité des affixes en japhug

Les mots d’origine chinoise, voire l’intrusion de phrases complètes en chinois, sont assez communs dans le japhug tel qu’il est actuellement communément parlé, même par les meilleurs locuteurs. Si les emprunts en grande quantité sont un signe du déclin de la langue, il ne s’agit pas toutefois nécessairement toujours d’un…

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2)

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1) et celui de Thomas Pellard (1, 2 et 3). La « paléontologie linguistique » — la confrontation du vocabulaire reconstructible par la linguistique avec des données archéologiques,…

A propos de l’interprétation des « divisions » en tangoute

Si le système phonologique du tangoute est relativement compris du point de vue de sa structure grâce à l’analysis systématique des fanqie des dictionnaires natifs (voir par exemple cette introduction), l’interprétation phonétique des catégories phonologiques est très difficile, et les reconstructions actuellement disponibles du tangoute inspirent peu confiance — je…

La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)

Dans le billet d’hier, j’ai soulevé les problèmes que pose l’hypothèse selon laquelle l’alternance tonale dans certains verbes causatifs en jinghpo serait due à un préfixe sigmatique causatif. Explorons une hypothèse alternative. On remarque que dans les exemples suivants, les verbes ont tous une coda sonante (-i compte comme une…

La causativisation par changement tonal en jinghpo

Le jinghpo fait partie des langues dont le préfixe causatif sigmatique a de nombreux allomorphes, et est resté productif (Stephen Morey le dit d’ailleurs explicitement dans sa grammaire du Turung). On trouve quelques verbes à initiale sonante ayant une forme causative au ton haut 55 (Dai et al 1990:79; je…

Les relatives à tête interne peuvent-elles être non-restrictives?

Les travaux de linguistique typologique ont noté de nombreuses contraintes sur les relatives à tête interne, en particulier concernant la définitude de l’élément relativisé et le caractère restrictif de ces relatives. En japhug, comme je l’ai mentionné dans ce billet, les relatives à tête interne sont très courantes. Voici un…

Les emprunts du jingpo en dulong/rawang et en birmique

Un problème encore non résolu de la linguistique sino-tibétaine, mais assez crucial en raison de la place prééminente du jingpo et des autre langues sal (un groupe proposé par Burling comprenant jingpo, bodo-garo, naga du nord et sak), et celui des emprunts que cette langue a donnée à (et aussi…

L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia

Comme la majorité des langues sino-tibétaines, dont le japhug et le tibétain, le tujia est une langue à verbe final (« SOV »). Néanmoins, dans ce livre p. 132, les auteurs proposent que, sous l’influence du chinois, un certain nombre de verbes sont utilisés dans avec des complétives post-verbales. (1) miɛ̃54tie33 [ʑi35thã54…

La langue de Hüis Tolgoi

L’une des plus importantes des découvertes de cette année en linguistique est selon moi celle d’une inscription dans une langue para-mongolique dont la date pourrait se situer dans un intervalle entre le 5ème et le 7ème siècles, donc non seulement antérieure de plusieurs siècles aux plus anciens monuments dans une…

Un article sur le proto-kiranti

Dans le dernier numéro de Folia Linguistica Historica vient de paraître cet article accompagné de son appendice en ligne. C’est un premier essai, basé sur quatre langues (wamboule, khaling, bantawa et limbou), de rendre compte de façon systématique à la fois des correspondances entre langues et des alternances morphologiques, et…

« vingt » en tibétain

Dans le billet d’hier, j’ai mentionné qu’il existait des formes du numéral « deux » en sino-tibétain sans -s final même dans des langues préservant cette coda. Le numéral tibétain གཉིས་ gɲis « deux » a bien cette coda, mais en revanche ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu « vingt » semble n’en avoir aucune trace. Néanmoins, il est vraisemblable…