Auteur : Guillaume Jacques

Un nouveau cognat entre japhug et chinois?

La liste des cognats entre langues rgyalronguiques et chinois n’est pas très étendue, et il est rare de trouver de nouveaux cognats (il en va de même d’ailleurs avec le tibétain, à propos des cognats avec lequel j’ai consacré ce billet et celui-ci). Le japhug ɕlɯɣ ‘laisser tomber (par erreur)…

La phonologie des auto-corrections

La transcription des textes japhug, activité à laquelle je consacre au moins une demi-heure tous les jours, me donne l’occasion d’observer « en direct » des phénomènes grammaticaux et phonologiques intéressants. Un phénomène sur lequel je n’ai jamais écrit, mais à propos duquel je commence à disposer d’une quantité de données suffisante…

Morphologie fossile en japhug

Même si le japhug et les autres langues rgyalronguiques ont une morphologie riche et productive, il n’en ont pas moins une quantité non-négligeable de traces de morphologie fossile non analysable. Un exemple est offert par le verbe courant mɯnmu ‘bouger’ qui apparemment contient un préfix mɯ-, car la base nmu…

Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan

Les langues hmong-mien ont pour désigner la « crinière » des mots empruntés au chinois 鬃 tsuŋ à différentes époques (voir Wang et Mao 1995: 141, Ratliff 2010: 71-73). En mien de Jiangdi 江底 la forme dzoŋ¹ avec un ton de série haute indique une ancienne prénasalisée (*n-ts-) qui peut refléter une…

Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque

Dans un article paru dans le premier numéro de *Wékʷesos intitulé « The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact » (téléchargeable ici), j’avais proposé une révision de la reconstruction et de l’étymologie du chinois 蜜 « miel » en chinois. Le point de…

Une attestation ancienne du kalapouyen ?

Dans un numéro de la revue Anthropological Linguistics paru cette année (NB: cette revue a un an de retard systématique) se trouve l’article ‘Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing’ par John Lyon, dont une version est accessible en ligne. Il analyse une liste de mots…

A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa

Outre les langues rgyalronguiques et kiranties, dont les alternances de thème sont particulièrement riches et de mieux en mieux documentées (voir par exemple cet article), la famille trans-himalayenne comprend de nombreuses langues ayant des traces d’alternance vocaliques et consonantiques, ce qui soulève naturellement la question de savoir si l’une de…

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain…

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on…

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug sɯ-, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-,…

Arapaho noohow- ‘voir’

La plupart des langues algonquiennes (sauf les langues de l’est) ont une séries de verbes signifiant « voir » dont la racine initiale est *wāp- (qui signifie également « blanc, clair »), comme en ojibwe le VTA waabam-, le VTI waabandan- et le VAI waabi- « avoir une vision », avec des finales différentes. Même le…

Rgveda 1.29

Comme exemple de ce à quoi pourrait ressembler une édition multimédia du Rgveda (qui pourrait presque trouver sa place dans l’archive pangloss), j’ai choisi un poème parmi les plus court et les plus répétitifs et ai découpé pour chaque vers un extrait sonore tiré des fichiers présenté ici. La traduction…

Le védique : une philologie à tradition orale

Le védique est l’une des seules langues anciennes à disposer d’une tradition ininterrompue de récitation orale (l’arabe coranique est peut-être un autre exemple, encore que les traditions de récitation actuelles ne doivent pas être indépendantes de la version écrite), ce qui offre un attrait supplémentaire indéniable à cette langue: je…

Une trace des groupes de consonnes en kulung?

Le kulung fait partie des langues kiranties qui ont perdu les groupes initiaux; citons ainsi les paires suivantes (données de Tolsma 2006 et khaling de ce dictionnaire). Notons que comme le montre Boyd Michailovsky, les voisées *b, *d *g du proto-kiranti correspondent à des voisées en khaling et à des…

Un emprunt kulung en khaling?

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais déjà mentionné le problème des emprunts entre langues kiranties. Je suis en ce moment en train de travailler sur la phonologie/morphologie historique du kulung, et je remarque que le mot kawa ‘eau’ rappelle le khaling कव kʌwʌ ‘rivière’. Notons que le mot khaling…

La noix en hmong et en rgyalronguique

Le terme japhug de la noix, ʑɴɢɯloʁ (que je transcrivais autrefois comme ʑɴɢoloʁ car la voyelle de la première syllabe a dans ce mot une prononciation particulière due à son environnement — la transcription ʑɴɢɯloʁ représente la variante lente hyper-articulée), a des cognats dans les autres langues rgyalronguiques; il est…