Auteur : Maxime Izoulet

La dynamique historique de la financiarisation

Nous avons réuni lors des différents développements de cette thèse tous les éléments nécessaires à une meilleure compréhension du phénomène de financiarisation que l’on observe depuis le début des années 80. En premier lieu nous avons mis à jour, grâce à une analyse comptable basée sur les découvertes de jeunesse…

Les conséquences macroéconomiques de la théorie des prix de Jean Fourastié

Les limites de la théorie des prix de Fourastié Si, comme nous l’avons vu, la théorie des prix de Jean Fourastié est extrêmement originale et féconde, elle souffre pourtant de certaines limites. Au-delà de la fermeture d’esprit et du dogmatisme des économistes néo-classiques, ces limites sont peut-être aussi en partie…

Quantification et fonctionnement de la quasi-monnaie financière

L’importance de la méthodologie comptable pour la compréhension de la finance actuelle Pour bien comprendre que les instruments à terme des marchés financiers fonctionnent comme une monnaie, il faut donc recourir à une méthodologie comptable adéquate. Essentiellement, nous avons défini celle-ci dans les chapitres précédents comme découlant des analyses de…

La finance moderne : une quasi-monnaie

Il peut être utile de présenter le schéma du fonctionnement de la monnaie dans notre système bancaire actuel de façon simplifiée, afin d’en avoir une conception plus claire encore, et plus facile à comparer, notamment avec d’autres travaux. Ainsi, nous adoptons ici la présentation adoptée par Michel Aglietta et André…

La monnaie entre violence et confiance (Aglietta et Orléan, 2002) 

Paru en 2002, La monnaie entre violence et confiance est à l’origine une mise à jour de La violence de la monnaie. Mais le livre, qui reprend une partie de la structure de son prédécesseur, finit par le déborder largement, notamment par ses développements sur l’évolution des marchés financiers mondiaux…

Troc et monnaie en Russie pendant la transition : à propos d’un article de Jacques Sapir

Dans son article intitulé « Troc, inflation, monnaie en Russie, tentative d’élucidation d’un paradoxe »[1], écrit en 2002, Jacques Sapir revient sur un des phénomènes les plus intéressants de l’histoire économique récente : le développement du troc en Russie dans les années 90 en pleine période de transition et alors que l’inflation diminue.…

Muray : faire rire, un noble et difficile objectif

Le rire est très exactement ce que l’époque ne peut plus du tout tolérer, encore moins produire, et qu’elle est même en passe de prohiber. « Rire de façon inapproprié », comme on a commencé à dire il y a une dizaine d’années sur les campus américains, est maintenant presque un délit,…

Jacques Le Goff : « Marchands et banquiers au Moyen-âge »

Jacques Le Goff, décédé en 2014, était un grand historien médiéviste, professeur à l’EHESS dont il fut aussi président, engagé à gauche. La synthèse brillante qu’il a écrite sur les grands marchands-banquiers du Moyen-âge  (Marchands et banquiers au Moyen-âge) constitue un complément bienvenu avec le livre de Jacques Heers, plutôt…

Jacques Heers : la naissance du capitalisme au Moyen-âge

Jacques Heers, historien médiéviste de renom, fut professeur à l’EHESS et élève de Fernand Braudel, qui fonda cette école. Après s’être intéressé à de nombreuses facettes de l’histoire médiévale, il revient dans ce livre édité en 2012 sur l’aspect économique de cette époque et montre de façon convaincante que le…

Banque, change et monnaie : l’occasion manquée de Raymond de Roover

Raymond de Roover (1904-1972) est un historien belge francophone considéré comme une référence au sujet de l’origine du système bancaire. Ayant commencé sa vie active comme comptable puis banquier, il se passionna dans ses temps libres pour les archives de la comptabilité médiévale de Bruges, proche de la ville d’Anvers…

Huit siècles d’évolution de la monnaie de crédit

La monnaie de crédit moderne a donc suivi un long chemin, du 13ème siècle jusqu’à aujourd’hui. Il y eu d’abord sa rationalisation en Italie avec la partie double, puis son utilisation par les premières banques, son financement par les bourses de valeur, sa sécurisation par les grandes banques publiques centrales…

La victoire définitive de la monnaie de crédit moderne (19e – 20e siècles)

Les billets de banque et la généralisation de la monnaie de crédit (18e -19e siècle) L’histoire de l’expansion des billets de banque et des chèques est en fait l’histoire de l’extension de l’utilisation de la monnaie de crédit aux masses populaires, et elle commença à la fin du 17e siècle.…

Le rôle des banques centrales dans l’émergence de la monnaie moderne

 La formation des banques publiques centrales : une sécurisation de la monnaie de crédit (16e-17e siècles) Les premières grandes banques publiques, en commençant par la première d’entre elles : le Banco della Piazza di Rialto à Venise au 16e siècle, s’inscrivirent dans la continuité de l’évolution des siècles précédents. Elles avaient principalement…

Comment la bourse et la partie double permirent l’expansion de la monnaie moderne

Jean Fourastié a expliqué l’histoire et la logique de la comptabilité en partie double dans une démonstration d’une clarté et d’une cohérence remarquables, et pour ainsi dire uniques dans la pensée comptable internationale[1]. Du 13e au 14e siècle dans les grandes villes du nord de l’Italie apparaît ainsi par étape…

Pour une nouvelle histoire de la monnaie

Dans cette première partie, je voudrais montrer que la monnaie moderne, c’est-à-dire la monnaie de crédit, par opposition à l’ancienne monnaie métallique, a ses origines dans l’invention de la comptabilité à partie double aux 13e et 14e siècles en Italie. L’opposition entre monnaie de crédit et monnaie métallique est connue…

PIB, comptabilité, productivité

Comme je le disais dans un précédent article, un grand nombre d’erreurs de l’économie standard sont dues à des erreurs dans la conception de la productivité. Ce concept est fondamental car il est au coeur du développement d’une économie. Plus un pays est capable de produire, plus il possède de…