Auteur : Marie-Anne Paveau

Pour une postlinguistique 5. Un réalisme qui n’a plus peur de l’agentivité des choses

« Le réel, c’est non pas ce qu’il nous arrive d’en penser, mais ce qui reste inchangé par ce que nous pouvons en penser. » (Peirce, Collected Papers 8.12, cité par Tiercelin 2017 : 17) Les linguistes auront sans doute reconnu dans ce titre une paraphrase du titre d’un article…

Pour une postlinguistique 4. Biographies de choses au-delà de l’humain

Le sens commun des Occidentaux contemporains, construit sur diverses traditionshistoriques en philosophie, en droit et dans les sciences naturelles, tend à opposer les « mots » etles « choses ». Bien que cela n’ait pas toujours été le cas, même en Occident, ainsi que MarcelMauss le notait dans son fameux…

Pour une postlinguistique 2. Écouter les forêts penser, provincialiser la linguistique

Comment pensent les forêts est un ouvrage qui a recueilli un certain écho dans la presse (par exemple ici, ici ou ici) et a touché le public dit cultivé comme les milieux de la recherche (lire ici une recension dans la revue Cygne noir). C’est un texte de l‘anthropologue Eduardo…

Pour une postlinguistique 1. Dépasser les dualismes

L’épistémè des sciences humaines et sociales, c’est-à-dire leur horizon épistémique (celui des savoirs disponibles et mobilisables) et épistémologique (celui des modes d’élaboration et de validation des savoirs) s’est considérablement modifiée ces trente dernières années au niveau mondial, mais il n’est pas sûr qu’elles s’en soient vraiment aperçues, en particulier en…

Série de (fin de) printemps. Pour une postlinguistique

Je n’ai pas publié de série de saison depuis longtemps, mais le concept est toujours vivant ! Tardivement dans ce printemps 2018 bien avancé, voici une nouvelle série qui concerne l’épistémologie de la linguistique. Le but : res-pi-rer ! in-ven-ter ! et faire en sorte que la linguistique parle du…

Les poings d’Ahed Tamimi ou de la vidéo comme unité de sens

« Nous ne savons que trop bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens, sans la résolution des conflits au Timor, au Soudan et dans d’autres parties du monde » (Nelson Mandela, discours prononcé dans le cadre de la « Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien » le 4…

« 5 mn pour les victimes, 5 mn pour les bourreaux ». Le démon de la symétrie

La semaine dernière une militante féministe, Irène Kaufer Briefel, publiait un post critique sur Facebook puis un article dans le mensuel Axelle, à propos d’un colloque organisé en novembre prochain à Charleroi, et intitulé « Regards croisés sur la violence conjugale… la rencontre de deux souffrances ». Parmi les invité.e.s, un psychologue défendant…

Être avec le malade 9. Les sacs

Sur le chemin de l’hôpital, aller ou retour, je porte des sacs, plusieurs sacs. J’ai l’impression que ma vie se fait avec ces sacs en ce moment. Je sais qu’un jour je vais les déposer mais pour le moment je vis avec ces sacs. Les femmes que je croise à…

Être avec le malade 8. Les parfums de la rue Crébillon

Quand le monde marche sur la tête et que la vie est bouleversée, les itinéraires, ces lignes tracées sur lesquelles il suffit de mettre un pied devant l’autre et de recommencer, apportent une sorte de douce sécurité. Il y a des itinéraires à l’intérieur de l’hôpital (la fameuse ligne verte,…

Être avec le malade 8. Les parfums de la rue Crébillon

Quand le monde marche sur la tête et que la vie est bouleversée, les itinéraires, ces lignes tracées sur lesquelles il suffit de mettre un pied devant l’autre et de recommencer, apportent une sorte de douce sécurité. Il y a des itinéraires à l’intérieur de l’hôpital (la fameuse ligne verte,…

Être avec le malade 7. Énoncés d’hôpital

À l’hôpital, il y a des phrases. Comme les marins  chez Audiard, mais le snobisme en moins, les gens qui soignent font des phrases, un peu comme Monsieur Jourdain cependant, à leur insu. Ce sont un peu des Jourdain d’Audiard. Alors évidemment, entendre les énoncés, c’est un peu le métier,…

Être avec le malade 6. Le merveilleux atelier de Colette Durieu

Pour Elsa De même qu’il y a peu voire pas d’écrits sur les « accompagnant.e.s », selon le mot utilisé par L., qui vient enrichir le lexique désignant celleux qui sont à côté du malade, de manière plus ronde et douce que proches ou aidants, il existe peu d’écrits, travaux ou témoignages,…

Être avec le malade 5. « Quand je n’existais pas »

À la question de savoir si le.a malade dans le coma, artificiel ou non, entend ce qu’on lui dit, il n’existe pas de réponse. Ou plutôt il y en a tellement que leur multiplicité me semble annuler toute idée un peu claire qu’on pourrait avoir de la question. Certain.e.s médecins…

Être avec le malade 4. Les petits soins

À cette question qui intéresse tant Marie Ménoret, « qu’est-ce qu’on fait pour le malade dans les services de soins intensifs ou de réa, ou ailleurs ? », les soignant.e.s ont parfois donné des réponses en me mettant sans prévenir dans une position de « soignante ». Je dis bien « une position de » et je…

Être avec le malade 2. L’hématome

C’est un hématome. Un hématome, un bleu, quoi ? Oui, comme un bleu. Au tout début c’était le mot qui dominait dans les discours des médecins, hématome. Quand on ne connaît pas bien la neurologie, ce qui doit concerner pas mal de gens, c’est étrange d’imaginer un hématome dans le cerveau.…

« Tourner autour de l’écureuil ». La méthode pragmatiste

(Billet initialement publié le 27.05.2011) William James,  1907, Le pragmatisme, Deuxième leçon : « Ce qu’est le pragmatisme », extrait. Il y a quelques années, j’étais allé avec plusieurs personnes camper dans les montagnes. De retour d’une excursion que j’avais faite seul, un jour, je tombai au milieu d’une discussion métaphysique. Il s’agissait…