Auteur : Amélie Faucheux

Un mort sans sépulture est-il mort vraiment?

Le deuil est infini pour les rescapés du génocide : par l’incommensurabilité de la perte d’abord, celle de toute une famille souvent, par le savoir ou l’ignorance, selon, de la manière atroce dont ses proches ont été tués et par l’absence des corps de ceux qui ont disparu. À ce…

Des termes intraduisibles et qu’il faut garder. De la justesse de la langue maternelle pour parler du génocide – précisions à l’article précédent.

Dans l’article précédent  – Dis moi quelle langue tu parles et je te dirai qui tu comprends, il était question des écueils de la traduction et de l’importance d’une certaine maîtrise de la langue dans l’intercompréhension d’une rencontre. L’article soutenait que parler la langue de son interlocuteur n’était ni suffisant…

Les discours toxiques : la liberté d’expression en question.

Jusqu’où peut aller la liberté d’expression ? Pourquoi  ne pourrait-elle être illimitée, et absolue ? Comment décider de ce qui relève de la liberté de parole et ce qui relève de la calomnie, de la liberté de caricature et de satire ou du cadre de l’insulte voire de la haine?…

La tragédie des Harkis : de l’abandon à la récupération politique.

Pour avoir aidé la France pendant la guerre d’Algérie (1954 – 1962), les harkis, auxiliaires algériens de l’armée métropolitaine, sont considérés comme des traites par leurs compatriotes. A l’indépendance,  chacun sait le risque de règlements de compte qui les menace :  la France s’engage  à les rapatrier. Mais elle ne…

Si tu le trouves alors qu’il est discret : ne dis rien. Étude du rejet de l’homosexualité dans le contexte Rbatie.

Méthodologie de l’enquête et remarques. Cette étude – Pourquoi et comment les représentations négatives de l’homosexualité se construisent elles au Maroc ? – se fonde sur des données recueillies par observations, observations participantes et entretiens de quarante-cinq individus interrogés dans la ville de Rabat entre le mercredi 9 et le…