Hypothèses vue par son conseil scientifique

Le conseil scientifique d’Hypothèses en quelques mots

Le conseil scientifique (CS) d’Hypothèses joue un rôle d’ouvreur de frontière ou gate opener sur la plateforme. Nous visons à valoriser, encourager et stimuler l’écriture sur les carnets de recherche. Le CS est actuellement composé de 14 membres de la communauté académique des sciences humaines et sociales, travaillant en collaboration fine avec l’équipe d’OpenEdition, chargée notamment de la valorisation éditoriale des contenus publiés sur Hypothèses.

Le CS d’Hypothèses accompagne l’équipe d’OpenEdition dans le maintien d’un lien entre l’écriture sur les carnets et les activités de recherche dans toutes leurs dimensions. Le rattachement académique est nécessaire pour ouvrir un carnet mais nous engageons les auteur.e.s à expérimenter dans leur manière d’écrire, assumant et explicitant leur perspective, leur ancrage, au-delà des formes d’écriture académique conventionnelles.
Nous sommes attentives et attentifs tant à l’éthique de la recherche qu’à l’éthique de la publication et de la communication sur la plateforme Hypothèses.

L’écriture « blog »

Le blog permet de développer des formes d’écriture spécifiques et originales : n’hésitez pas à expérimenter l’écriture hyper-reliée (avec les liens hypertextes)1) et multimédia (insertion de photographies, de vidéos, de fichiers audios). La rencontre de plusieurs codes sémiotiques (écrit, image, audio, vidéo) fait partie des possibilités de l’écriture numérique native.

Il est également un espace privilégié pour incarner la recherche par la marque subjective de celles et ceux qui la font, mettre en évidence la part de tâtonnements, d’hésitations, d’interrogations, d’exploration inductive caractéristique de tout processus de recherche. Un blog scientifique peut ainsi se présenter comme un lieu « habité2 » – et sa fréquentation devenir une véritable rencontre.

Le carnet de recherche est aussi un lieu idéal pour interroger les frontières entre les genres de discours : le billet n’est pas tout à fait un article (il s’allège volontiers des lourds appareils de notes et des longues bibliographies), ni un billet d’humeur (contrairement aux éditoriaux ou aux tribunes de presse, sa dimension scientifique s’accommode mal des jugements de valeur péremptoire ou des attaques polémiques), ni un simple lien renvoyant vers une ressource. Mais il emprunte cependant quelques traits à ces trois genres avec lesquels il cousine.
Au bout du compte, il est le lieu d’une « science aimable », selon l’expression d’André Gunthert, c’est-à-dire ouverte au plus grand nombre, lisible, enrichissante et partageable.

Si vous rencontrez des difficultés dans l’appréhension de cet outil, l’équipe d’OpenEdition (en mettant notamment à votre disposition la Maison des carnets) est là pour vous aider à dépasser ces obstacles techniques.

Ce que nous aimons lire sur vos carnets

L’écriture sur les carnets de recherche est d’une grande richesse et d’une grande diversité, nous aimons particulièrement y trouver :

Le carnet, lieu d’élaboration

Nous affirmons que le carnet de recherche peut devenir un lieu d’élaboration de la recherche et pas seulement un lieu de diffusion.

Certain.e.s carnetier.e.s y élaborent déjà ce qui ensuite donnera naissance à des publications « classiques » ou encore à des revues ou des ouvrages, numériques ou papier.

Quelques exemples de carnets devenus des ouvrages :

  • carnet de recherche Homosexus (https://homosexus.hypotheses.org/, tenu entre 2008 et 2010 par Anne Verjus, devenu le livre Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010 ;
  • carnet de recherche Les aspects concrets de la thèse (https://act.hypotheses.org/), tenu de 2008 à 2015 par une équipe de doctorant.e.s de l’EHESS pour rendre compte des activités du séminaire du même nom, qui a donné lieu à l’ouvrage collectif Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales, sous la direction de M. Hunsmann et S. Kapp, Paris, Éditions de l’EHESS, 2013 ;
  • carnet de recherche Technologies discursives (https://technodiscours.hypotheses.org/), ouvert en 2012 et toujours alimenté par Marie-Anne Paveau, devenu l’ouvrage L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann, 2017.

Le carnet, lieu de conversation

La prise en compte des lecteurs dans l’écriture des billets ouvre la conversation. Les carnets de recherche sont des lieux du web 2.0, qui permettent techniquement la conversation, avec les collègues de la même discipline, d’autres disciplines ou encore avec le « grand public ». Cependant, les potentialités de conversation en commentaires se déploient quand l’écriture que vous développez intègre la lectrice ou le lecteur potentiel, et quand vous partagez vos écrits autour de vous (mails, réseaux sociaux). Le carnet est d’abord un lieu d’écriture partagée, ce que les concepts de conversation silencieuse et de fidélité du lectorat démontrent dans vos statistiques de lecture. C’est aussi un lieu de surprise qui peut attirer des lecteurs et lectrices inattendues, comme le montre la très jolie histoire de Meredith, lectrice inattendue que les publications ouvertes en ligne ont transformé en véritable chercheuse.

À titre d’exemples d’initiatives réussies en termes d’incitation des lecteurs à participer à la discussion, on pourra citer le carnet Espaces réflexifs, avec 125 billets publiés en 2012, ayant généré 305 commentaires, ou encore le carnet Sur un son rap, via lequel Karim Hammou, à partir d’une cartographie dynamique des lieux de danse à Paris dans les années 1970-1980, a incité ses lectrices et lecteurs à compléter les informations présentées. Ceux-ci se sont appropriés les commentaires du billet pour en faire un véritable forum de discussion de leurs souvenirs de danseurs, DJ, etc. : https://surunsonrap.hypotheses.org/2044

Les membres du conseil scientifique d’Hypothèses

Citer cette page : "Hypothèses vue par son conseil scientifique," sur fr.hypotheses.org, consultée le 28 Oct 2019. https://fr.hypotheses.org/hypotheses-vue-par-son-conseil-scientifique.
  1. Voir la typologie d’Alexandra Saemmer et les travaux de M.-A. Paveau : https://journals.openedition.org/semen/10609 []
  2. Voir l’article d’Elsa Poupadin et Mélodie Faury : https://journals.openedition.org/rfsic/4877, mais aussi ce billet : https://infusoir.hypotheses.org/2087 []
  3. « un texte numériqué serait un écrit produit nativement en ligne, sur un site, un blog, un réseau, tout lieu numérique accueillant de la production d’écrits (…) » M.-A. Paveau https://technodiscours.hypotheses.org/189 []